Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

Coopération Burkina Faso-Banque mondiale: la Banque mondiale octroie un financement de 264 milliards de F CFA au Gouvernement


Actualités

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané KABORE et la Représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina Faso, Maïmouna Mbow FAM, ont procédé, le mercredi 14 juillet 2021 à Ouagadougou, à la signature de quatre accords de financement d’un montant de 264 milliards de F CFA. C’était en présence du ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières, Dr Bachir Ismaël OUEDRAOGO.

 

 



Selon le ministre Lassané KABORE, les quatre accords de financements sont destinés à la mise en œuvre de projets dans le secteur de l’énergie, du foncier, du développement territorial, de l’économie et des finances.

Le premier accord de financement concerne la mise en œuvre d’un projet régional dénommé «Projet communautaire de relance et de stabilisation au Sahel (PRCSS)». D’un coût d’environ 75 milliards de F CFA, ce projet placé sous la tutelle technique du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement est prévu pour s’exécuter de 2021 à 2026. Son objectif est de contribuer au relèvement et à la résilience des communautés dans les zones cibles de la région du Liptako-Gourma au Burkina Faso, au Mali et au Niger.

Le deuxième accord d’un montant d’environ 92,813 milliards de F CFA est relatif au financement du Projet de déploiement du solaire à large échelle et électrification rurale (SOLEER). Placé sous la tutelle technique du ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières, ledit projet est prévu pour s’exécuter de 2022 à 2026. Il vise à accroître l'accès aux services d'électricité dans certaines zones rurales et la disponibilité de l'énergie solaire au Burkina Faso par la mobilisation des financements privés.

Le troisième accord d’un montant d’environ 75 milliards de F CFA est destiné au financement du Projet d’appui au renforcement de la gestion du foncier et des mines (PARGFM). Placé sous la tutelle technique du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, ce projet vise à améliorer l'efficacité des services du foncier et des mines, à renforcer la sécurité foncière dans les communes cibles et à favoriser un partage inclusif des avantages de l'exploitation minière. Il est prévu pour s’exécuter de 2021 à 2027.

Le dernier accord porte sur un financement additionnel du Projet d’appui à l’inclusion financière et à l’accès au financement des petites et moyennes entreprises (PAIF-PME). D’un coût d’environ 5,5 milliards de F CFA, il vise également à accroître l’accès aux services financiers numériques et faciliter l’accès au crédit pour des bénéficiaires ciblés.

 

Selon la Représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina Faso, ces quatre accords de financement s’inscrivent dans les objectifs de la nouvelle stratégie de la banque qui vise à accompagner le gouvernement burkinabè dans sa stratégie de résilience, de prévention des conflits et de relance de l’économie après la pandémie de la Covid 19. Maïmouna Mbow FAM a salué le dynamisme et l’exemplarité de la coopération entre le Burkina Faso et la Banque mondiale.

Pour le ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières, Dr Bachir Ismaël OUEDRAOGO, qui a exprimé sa satisfaction pour la signature de ces accords de financement, le Projet de déploiement du solaire à large échelle et électrification rurale (SOLEER) va permettre la mise en place de mini-centrales solaires en milieu rural. Près de 300 villages vont donc bénéficier de l’accompagnement et la connexion de plus de 120 000 ménages. Selon le ministre OUEDRAOGO, ce projet, qui est à sa première phase, fera appel à la contribution du secteur privé pour un accompagnement de près de 500 millions de dollars. Il a, au nom du Gouvernement burkinabè, exprimé sa gratitude à la Banque mondiale pour son engagement aux côtés du Burkina Faso.

DCPM/MINEFID


Partager sur :