Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

Dividende démographique au Burkina Faso : Le décalage entre la consommation et le revenu des Burkinabè crée un déficit de plus de 1 221, 45 milliards de F CFA


Actualités

La Direction générale de l’économie et de la planification (DGEP), en collaboration avec l’Observatoire national du dividende démographique (ONDD), a tenu, ce jeudi 23 juillet 2020, à Ouagadougou, un atelier au cours duquel elle a présenté les résultats des études et rapports produits en lien avec le dividende démographique (DD) au Burkina Faso. Ces résultats présentés en deux modules ont concerné les cinq dimensions du DD et l’enquête budget-temps qui porte sur l’utilisation du temps journalier par les Burkinabè.



Selon le représentant du Directeur général de l’économie et de la planification, Gustave BAMBARA, par ailleurs Directeur des politiques de population, en ce qui concerne les résultats des dimensions du DD, on note en général un décalage entre la consommation et le revenu des Burkinabè. Ce qui crée un déficit de plus de 1 221, 45 milliards de F CFA. Les résultats montrent également que le capital humain élargi et la qualité du cadre de vie sont très faibles ce qui est lié, d’une part, au niveau très faible de l’éducation et, d’autre part, à la situation sécuritaire, à la faiblesse de la cohésion sociale et au faible accès des populations aux logements comportant un certain nombre de commodités. Toujours selon les résultats présentés, entre 2009 et 2014, 61% des ménages sont sortis de la pauvreté ou se sont stabilisés dans la non pauvreté.

 

S’agissant de l’utilisation du temps  au cours des 24 heures, il ressort, selon l’enquête nationale budget-temps réalisée en 2018 sur l’ensemble du territoire par l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD), que les Burkinabè consacrent plus de temps aux loisirs. Sur les 24 heures de la journée, environ 18 heures sont allouées aux loisirs. L’enquête révèle également que dans le travail domestique non rémunéré les femmes allouent plus de temps comparativementaux hommes, soit une moyenne de 3 heures pour les femmes contre 40 minutes pour les hommes. En termes d’estimation en valeur monétaire, les résultats de l’enquête indiquent que la production globale pour l’ensemble des travaux domestiques (la cuisine et la vaisselle, la lessive et le repassage, les courses, le nettoyage, la recherche de l’eau, la recherche du bois, les soins aux enfants, adultes et séniors, etc.) pour tous les sexes s’élève a 2 529,3 milliards de F CFA, soit 2 344,2 milliards de F CFA pour les femmes et 185,2 milliards de F CFA pour les hommes. Rapporté au PIB national, les travaux domestiques non rémunérés représentent une part importante non valorisée de l’ordre de 32,2%. Ceux réalisés par les femmes représentent 29,9% du PIB contre 2,4% pour les hommes.


Partager sur :