Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

Signature de conventions entre le Gouvernement burkinabè et l’Agence française de développement (AFD)


Actualités

(Ouagadougou 18 juin 2020). Le Ministre de l’économie, des finances et du développement, l’Ambassadeur de France au Burkina et le Directeur de l’AFD ont procédé à la signature de quatre conventions et d’un accord de fonds d’un montant global de 61,7 milliards de FCFA, pour le financement de plusieurs projets et programmes de développement.



La première convention est relative à un appui budgétaire d’un montant de 7 millions d’euros (4,6 milliards de FCFA) pour accompagner les efforts du Burkina Faso dans le cadre de la lutte contre la maladie à Coronavirus. Cet appui vise à accompagner le Gouvernement burkinabè dans la prise en charge de la réponse à la crise épidémique COVID-19 en fournissant un espace budgétaire supplémentaire et en lui permettant de financer une partie des dépenses exceptionnelles engagées pour la réponse sanitaire d’urgence, et de limiter les répercussions sociales et économiques de la crise.

L’appui se décline en deux composantes sous forme d’un appui budgétaire affecté à des lignes de la Loi de finances rectificative 2020 ;

•          la composante 1 « santé » qui correspond à une tranche de 3,5 millions d’euros afin d’accompagner les efforts dans le financement des dépenses de fonctionnement des structures hospitalières (ressources humaines, consommables, équipement et matériel médical) et des dépenses liées à la détection et au suivi des cas par les équipes d’intervention rapide ;

•          la composante 2 « eau potable » qui correspond à une tranche de 3,5 millions d’euros affectée et qui porte sur un transfert financier à l’ONEA afin  de compenser la gratuité du coût de l’eau aux bornes fontaines en milieu urbain pour 3 mois (d’avril à juin 2020) au profit des populations vulnérables.

Les deuxième et troisième conventions concernent le financement du Programme Yéleen à travers un crédit de 70 millions d’euros (45,9 milliards de FCFA) et un don de 5 millions d’euros (3,28 milliards de FCFA). Il s’agit d’un programme phare d’investissements structurants dans le secteur de l’énergie dont le coût global est de 141,61 millions d’euros (92,9 milliards de FCFA). Il est prévu dans le cadre de ce programme un ensemble de réalisations qui permettront :

•          d’augmenter sa capacité de production d’énergie solaire de 90 GWh par an pour les 4 centrales solaires, soit 9% de la production nationale d’électricité ;

•          de fournir de l’électricité à 110 000 personnes dans les régions concernées ;

•          de contribuer à l’atteinte des objectifs du Burkina Faso en termes de réduction des émissions de CO2 (62 800 t CO2 eq. évitées sur l’ensemble du projet).

Outre l’AFD qui apporte 53% du financement, le Gouvernement bénéficie de l’accompagnement de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de l’Union Européenne (UE) dans le cadre de la réalisation de programme qui apportent respectivement 34% et 6% du financement. Le reste du financement est apporté par l’Etat burkinabè (3%) et la SONABEL (4%).

La quatrième convention est relative au financement d’un programme de renforcement des capacités (PRC) d’un montant de 2 millions d’euros (1,3 milliards de FCFA) adossé à un appui budgétaire sectoriel 2019-2021 déjà conclu le 4 décembre 2019. Il s’agit d’un appui institutionnel au profit de structures du MINEFID et du MATDC dans le cadre de la mise en œuvre de certaines réformes et dans la réponse à la crise sécuritaire et sanitaire. Cet appui financier sera articulé en deux composantes majeures : la composante A qui mettra à la disposition des structures bénéficiaires une expertise nécessaire pour (i) planifier et orienter les financements extérieurs ou capitaliser sur les meilleures pratiques (ii) conduire des d’études sur les vulnérabilités et les évolutions requises dans la chaîne de la dépense en zone d’insécurité ; la composante B qui permettra d’assurer les dépenses logistiques et d’organisation en lien avec l’appui institutionnel. La finalité du programme est de contribuer à l’amélioration de la performance de la dépense publique et à la délivrance des services publics dans les zones du PUS.

L’Accord d’octroi est relatif au déblocage de la 2ème tranche de l’Appui budgétaire sectoriel (ABS) 2019-2021. En rappel cet appui budgétaire sectoriel d’un montant de 30 millions d’euros (19,7 milliards de FCFA) sous forme de subvention doit être  décaissé en trois tranches de 10 millions d’euros (6,6 milliards de FCFA) chacune. Le présent accord d’octroi concerne la tranche 2020.

Au total, les conventions signées ce 18 juin 2020 permettront aux deux parties de mobiliser 94 millions d’euros (61,7 milliards de FCFA) au profit de projets et programmes de développement dans les domaines de la santé, de l’eau, de l’énergie et les finances publiques.


Partager sur :