Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

Financement du G5 Sahel: Le ministre KABORE et ses collègues du G5 Sahel font le point avant le Sommet de Nouakchott


Actualités

Les Chefs d’Etat du G5 Sahel et la France tiendront un Sommet, le 29 juin 2020 à Nouakchott en Mauritanie pour faire le bilan des engagements pris lors du Sommet de Pau tenu en janvier dernier. En prélude à ce sommet, le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané KABORE et ses collègues ministres en charge du développement/ministres de tutelle du G5 Sahel ont tenu un Conseil des ministres par visioconférence, ce mardi 16 juin 2020, pour évaluer les acquis du G5 Sahel et identifier les défis à relever au niveau du pilier 4 du nouveau cadre d’engagement politique et stratégique mis en place à Pau, et qui porte sur le développement.



Au cours du Conseil, les ministres en charge du développement ont dressé le bilan de la mobilisation des financements annoncés le 06 décembre 2018 et ont évalué le niveau de réalisation des projets et programmes du PIP (Programme d’investissement prioritaire) du G5 Sahel.

Au titre de la mobilisation des fonds, la situation, à la fin du premier trimestre 2020, indique un taux de décaissements de  269,3 millions d’euros (soit 15% des annonces des partenaires de l’Alliance Sahel). S’agissant des projets, ils ont souligné l’accompagnement de la BADEA pour le financement des projets de routes transfrontalières d’une valeur de 323 millions de dollars US.

En ce qui concerne le Burkina Faso, les discussions, à entendre le ministre KABORE, sont bien engagés pour le financement de la route Djibo-Baraboulé-Frontière du Mali. En 2019, l’UEMOA (Union économique monétaire ouest-africaine a accompagné le pays dans le cadre du Projet d’aménagement territorial intégré (PATI) qui a permis, entre autres, de renforcer le niveau de service  du Centre hospitalier régional (CHR) de Dori, à travers l’aménagement de la clôture et du hall du CHR, l’acquisition d’équipements et la mise en place d’un système autonome d’adduction en eau potable. Et malgré les défis sécuritaires, plus de 400 millions de dollars ont été mobilisés pour accompagner les Etats dans le cadre des investissements.

En outre, le Burkina Faso bénéficie de deux projets, à savoir le projet d’Aménagement du périmètre irrigué et le plan de gestion environnementale et sociale du barrage de Bambakari à Tin-Akoff (région du Sahel) financé par l’UE à hauteur de 5 millions d’euros; et le projet d’Appui budgétaire sectoriel dédié à l’eau et à l’assainissement, phase II, dont 11 millions d’euros ont été transférés dans le budget de l’Etat en 2019.

Outre les questions liées au G5 Sahel, les ministres de tutelle du G5 Sahel, ont évoqué aussi la situation sanitaire liée à la maladie à coronavirus. Sur ce point, il ressort que suite à une requête du Secrétaire exécutif du G5 Sahel, le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a autorisé la formulation d’un projet à caractère exceptionnel et urgent en faveur  des pays membres du G5 Sahel. Selon le ministre KABORE, la BAD a annoncé un accompagnement de plus de 21 millions de dollars. L’objectif du projet est de renforcer les capacités de ces pays afin de réduire la propagation du coronavirus, de stopper la pandémie du COVID-19 et d’appuyer la mise en place de systèmes résilients d’accès aux services de base. Pour Lassané KABORE, au-delà des questions sanitaires, le COVID-19 a fortement impacté la progression normale de l’activité économique.


Partager sur :