Flux MEF
Flux MEF
Flux du MEF
Opération de contrôle des véhicules de l’Etat à Ouagadougou: 251 véhicules contrôlés en 48 heures et 10 conduits en fourrière
Première session du Conseil d’orientation stratégique du Programme d’urgence du Sahel: Un bilan à mi-chemin de la mise en œuvre des actions jugé satisfait
Objectifs de développement durable: Le Burkina Faso valide son rapport de profil

Le gouvernement burkinabè s’est engagé dans un processus participatif d’internalisation des Objectifs de développement durable (ODD) dans les politiques et stratégies du pays. Dans cette optique, un projet de rapport de   profil   des   ODD,   qui   fait   la   situation   des   cibles   prioritaires   et pertinentes pour le pays, a été élaboré sous la conduite de la Direction générale de l'économie et de  la  planification du  ministère en charge  de l’Economie et des Finances. Ce vendredi 20 octobre 2017, un atelier tenu à Ouagadougou, sous la présidence du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, en compagnie  de   la   coordinatrice   résidente   du   système des Nations Unies au   Burkina   Faso, Metsi MAKHETHA, a vu la validation dudit rapport de profil.

 

     

Selon ce rapport   présenté   au   cours   de   l’atelier,  les   domaines   prioritaires accélérateur sur lesquels l’attention du gouvernement devra  porter concernent   la   gouvernance   et   le   renforcement   des   institutions; l’environnement et l’agriculture durable et gestion des terres; l’énergie et l’économie   verte;   la   cohérence   humanitaire,   le   développement   et   la sécurité;   la   disponibilité   des données   statistiques,   et   les   ressources minières.  A l’ouverture des travaux, le ministre en charge de l’Economie et des Finances à indiqué que sur les 100 cibles prioritaires qui concernent le Burkina Faso, 89 cibles ont été prises en comptes dans le PNDES, les politiques sectorielles et les stratégies, soit 89% des cibles. Cependant, 11   cibles   ne   sont   pas   encore   prises   en   compte.   Ces   cibles,   selon Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, sont relatives, à la résilience, à la réduction des inégalités, à la durabilité du développement.   «Le choix des   cibles   prioritaires   s’est   opéré   suivant   l’approche   de   priorisation développée par l’UNDG qui procède d’une démarche séquencée sous trois (03) filtres axés sur la pertinence, le niveau de priorité et la qualité statistique.  Des   conclusions   des   travaux  de   priorisation   des   cibles,   il  ressort   que   41   cibles   sur   les   100   ont   été   retenues   comme   cibles accélératrices de progrès dans le domaine du développement durable», a-t-elle précisé. A entendre le ministre, des défis restent à relever pour la réussite de la mise en œuvre du programme de développement durable. Il s’agit, entre autres, de l’intégration des 11 cibles dans les politiques et stratégies de développement; de la promotion du dialogue intersectoriel tant dans la planification, du suivi et l’évaluation pour accroître l’impact des politiques publiques sur les conditions de vie des populations; de la mobilisation conséquente des ressources pour combler les besoins de financement des ODD afin qu’ils ne connaissent pas le même sort que les OMD; et  le  renforcement du  système statistique   national  pour un meilleur suivi des progrès en vue d’une bonne orientation des actions de développement.   De   son   avis,   pour   atteindre   un   meilleur   ciblage   des priorités   nationales   en   lien   avec   le   programme   de   développement durable,   il   est   impératif   pour   le   gouvernement   de   revisiter   l’étude nationale   prospective   «Burkina   2025»   pour   que   les   perspectives   de développement, à long terme, prennent en compte non seulement les défis environnementaux, mais aussi ceux actuels de la sécurité. A cet effet, elle a saisi l’occasion pour réitérer sa reconnaissance à la société civile,   au   secteur   privé,   aux   partenaires   techniques   et   financiers, notamment   le   Système   des   Nations   Unies   qui   accompagnent   le gouvernement dans la réalisation de ses missions. Pour la coordonatrice résidente du système des Nations Unies, Metsi MAKHETHA, le Burkina Faso fait partie des rares pays qui ont élaboré et fait valider leur profil ODD.   Selon   Mme  MAKHETHA,   la  contribution   du   Burkina   Faso   à   la réalisation   de   l’Agenda   2030   passe   d’abord   par   une   appréciation   du degré d’alignement de son référentiel de développement avec les cibles des   ODD.   Toutefois,   estime-t-elle,   l’enjeu   demeure   l’identification des secteurs   prioritaires   susceptibles   d’entraîner   des   effets   multiplicateurs positifs et la mise en œuvre effective des politiques publiques à travers les programmes correspondants. De l’avis de la coordonatrice résidente du système des Nations Unies, l’élaboration du profil ODD présente, entre autres, l’avantage d’aider les autorités burkinabè et les sectoriels à identifier les actions à gain rapide et multiplicateurs, dans le cadre de la mise en œuvre du PNDES, mais également   d’orienter l’établissement de la cartographie d’un   dispositif   statistique   permettant   d’avoir   une   vision   globale   des personnes et groupes vulnérables afin de les prendre en compte dans les choix des politiques et suivi de leur mise en œuvre.

 

Exploitation minière au Burkina Faso: 9, 5 tonnes d’or et 232,2 milliards de F CFA générés en 2016
Mise en œuvre de la feuille de route de l’Union africaine sur le dividende démographique: Le plan d’actions national du Burkina Faso élaboré
Rapport d'évaluation des dépenses fiscales 2016

Télécharger le rapport d'Evaluation des dépenses fiscales_2016_Burkina Faso (1) en cliquant ici.docx

La BAD promet un financement de plus de 900 millions de dollars pour accompagner le Burkina Faso.
Coopération : Les projets et programmes financés par le programme des nations unies pour le développement (PNUD) passés à la loupe

 

La Direction générale de l’économie et de la planification (DGEP) et le programme des nations unies pour le développement (PNUD)   ont  organisé le lundi 26 Septembre 2017 à Ouagadougou,  une revue du portefeuille des projets et programmes financés par le PNUD. L’objectif visé à travers cette revue à mi-parcours, est de prendre les mesures idoines pour juguler les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre effective des projets et programmes financés par le PNUD.

                            

Le programme des nations unies pour le développement (PNUD) finance plusieurs projets et programmes de développement au Burkina Faso. Leur mise en œuvre rencontre très souvent d’énormes difficultés. Cette  revue à mi-parcours permettra d’examiner les performances desdits projets et programmes, de relever les contraintes qui annihilent leur bonne exécution et de proposer des pistes de solutions y relatives.

 

Lors de la cérémonie d’ouverture, Mme Pauline ZOURE, Secrétaire d’Etat chargée de l’Aménagement du territoire, représentant Mme le ministre de l’économie, des finances et du développement a traduit toute sa satisfaction quant à la tenue d’un tel rencontre. Elle a indiqué que l’atteinte des objectifs du PNDES recommande une efficacité accrue dans la mise en œuvre des actions de développement.

« L’atteinte des objectifs du PNDES passe par une bonne exécution des projets et programmes mais aussi un suivi et une évaluation rigoureux, qui aidera à rendre les résultats visibles. » a fait remarquer la  Secrétaire d’Etat.  Au regard des multiples enjeux, Pauline ZOURE a invité l’ensemble des partenaires de mise en œuvre desdits projets et programmes, tant au niveau de l’administration publique, de la représentation du système des nations unies qu’au niveau des coordonnateurs de projet a œuvré toujours avec détermination pour plus de résultats dans le contexte du PNDES.

Corneille Agossou Directeur Pays du PNUD a salué cette initiative de la Direction Générale de l’Economie et de la Planification, qui selon lui, permet de déceler les forces et les faiblesses des projets et programmes financés par son institution. Il a en outre souhaité que des efforts soit fournies de chaque côté afin que les performances soient améliorées. Avant de clore son propos, M. Corneille Agossou a indiqué que le programme de coopération PNUD-Burkina Faso couvrant la période 2011 à 2015, qui a connu une extension jusqu’en 2017 tire vers sa fin. « Mais, un autre programme de coopération, couvrant la période 2018-2020 a été élaboré et finalisé en tenant compte des priorités du PNDES. » a-t-il précisé.

 

Le PNUD accompagne le processus de développement du Burkina Faso principalement de la gouvernance, de l’environnement, de la résilience face aux catastrophes, de l’énergie et de la lutte contre le VIH/SIDA. Au total, ce sont environs 13 projets et programmes qui ont été examinés et leurs performances sont jugés satisfaisantes.

 

 

 

                                   

RAPPORT 2015 SUR LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE AU BURKINA FASO

télécharger le  Rapport 2015 sur le secteur de la microfinance au Burkina Faso en cliquant ici.pdf

 

Ecole nationale des régies financières du Burkina: Fin de la formation continue du personnel de l’administration publique
RAPPORT DU SECRETARIAT SUR LA GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE L’ETAT (EPE), EXERCICE 2016

La 18èmeAssemblée générale des Etablissements publics de l’Etat se tient les 14 et 15 septembre 2017 à Ouagadougou, sous le thème : « Les Etablissements publics de l’Etat (EPE) : Quelles contributions à la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) ».  A l'occasion, Le Secrétaire général du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, Dr Seglaro Abel SOME, président du Comité d’organisation, a exposé la situation d’ensemble des EPE ayant soumis leur rapport annuel 2016 à l’attention de l’AG/EPE. Téléchargez le RAPPORT DU SECRETARIAT SUR LA GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE L’ETAT (EPE), EXERCICE 2016 .doc en cliquant sur ici.