×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

En prélude à la tenue de la 5e conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel, le 05 février prochain à Ouagadougou, le Conseil des ministres du G5 Sahel regroupant le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Tchad et la Mauritanie s’est réuni en session ordinaire, ce dimanche 03 février 2019, dans la capitale burkinabè sous la présidence de Aichatou Boulama KANE, présidente dudit Conseil, et du ministre de tutelle du G5 Sahel, Lassané KABORE, par ailleurs, ministre de l’Economie, des Finances et du Développement du Burkina Faso. Il s’est agi pour le Conseil des ministres du G5 Sahel  d’examiner les conclusions et recommandations des experts qui se sont réunis du 31 au 1er février 2019. Ces conclusions et recommandations concernent plusieurs dossiers, notamment le bilan de la présidence nigérienne du G5 Sahel; la mise en œuvre des instructions et recommandations des sessions antérieures du Conseil des ministres; le rapport d’activités 2018 du Secrétariat permanent du G5 Sahel ainsi que le rapport d’exécution du Budget de 2018;  le Programme de travail annuel de 2019; le projet de budget 2019; le cadre de suivi de la Conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5 Sahel et le rapport d’audit organisationnel du Secrétariat permanent. En outre, le Conseil des ministres du G5 Sahel a abordé la problématique de la recrudescence des conflits intercommunautaires qui perturbent la quiétude des populations et l’impact de l’insécurité sur la scolarisation des enfants.

                                               

A l’ouverture des travaux, le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané KABORE, par ailleurs, ministre de tutelle du G5 Sahel, a exprimé la gratitude du président du Faso, Roch Marc Christian KABORE et celle du peuple burkinabè pour le choix du  Burkina Faso pour accueillir la session préparatoire de la 5e conférence ordinaire des Chefs d’Etats du G5 Sahel. Lassané KABORE a particulièrement félicité le secrétaire permanent du G5 Sahel, Maman Sambo SIDIKOU et son équipe pour le travail abattu dans le cadre de la préparation de ladite  session du Conseil des ministres. Il a également félicité la République du Niger pour avoir tenu avec succès la présidence de l’organisation au cours de l’année 2018.  Selon le ministre KABORE, l’implication personnelle de la présidente du Conseil des ministres du G5 Sahel, Aichatou Boulama KANE, par ailleurs ministre du Plan du Niger, et de ses collègues ministres des Affaires étrangères et de la défense des pays membres a permis au G5 Sahel d’enregistrer des avancées importantes, notamment l’organisation de la conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5 Sahel le 06 décembre 2018 à Nouakchott, qui a permis d’enregistrer plus de 2 milliards d’euros d’annonces de financement au profit du Programme d’investissements prioritaires (PIP) du G5 Sahel.

A entendre la présidente du Conseil des ministres du G5 Sahel, madame KANE, ces fonds serviront à financer 40 projets de développement qui concernent essentiellement l’hydraulique; l’agriculture; l’élevage; les infrastructures de transport, l’énergie et la  communication, ainsi que l'amélioration des conditions de vie  des populations les plus vulnérables que sont les femmes et les jeunes.  Selon Aichatou Boulama KANE, le G5 Sahel ne rencontre pas un problème de financement, mais plutôt un problème de mobilisation des fonds. «C’est une question de mobilisation des financements qu’il faut régler, particulièrement le financement de la force du G5 Sahel. En ce qui concerne les pays et notre Programme d’investissement prioritaire (PIP), nous avons plus de 126% de financement demandés. Il s’agit pour nous maintenant de nous organiser. C’est pourquoi j’ai beaucoup insisté sur le mécanisme de suivi des annonces de la conférence de Nouakchott. C’est à cette session du Conseil des ministres que nous allons arrêter la stratégie pour mobiliser ces financements et faire en sorte qu’ils soient mis en œuvre pendant les trois années de PIP. En attendant, il y a le Programme d’urgence qui est déjà mis en place et certains projets ont déjà démarré dans les zones frontalières», a-t-elle confié avant de rappeler que le 02 juillet 2018, à Nouakchott, les Chefs d’Etat du G5 Sahel ont pris la décision de mettre en place des projets ayant un impact rapide sur les zones et les populations les plus vulnérables de l’organisation regroupés sous le nom de Programme de développement d’urgence (PDU). Ce programme comporte des projets hydrauliques d’urgence, de prévention et de gestion des conflits communautaires, de préservation de la cohésion sociale, ainsi que des projets de promotion de la sécurité civile, et de l’amélioration de l’accès à la justice et aux droits humains dans trois zones frontalières pour un montant de 266 millions d’euros.

                                             

Parlant de la conduite du G5 Sahel sous le leadership du président nigérien, Mamadou ISSOUFOU, Aichatou Boulama KANE a laissé entendre que plusieurs avancées ont été notées aussi bien sur le plan diplomatique, sur le plan sécuritaire que dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de développement de l’organisation. Selon elle, le G5 Sahel a fait des avancées dans le cadre de la composante police et de la composante renseignement. De même, sur le plan du développement, la conférence des partenaires a permis de mobiliser plus de financement qu’il n’en faut. «Les avancées, c’est que nous avons aujourd’hui, un G5 Sahel qui est en train d’atteindre ses objectifs. Nous avons un G5 Sahel qui est sur la voie de la maturité visible tant sur le plan de la sécurité que sur le plan du développement», a déclaré la présidente du Conseil des ministres.

Pour le secrétaire permanent du G5 Sahel, Maman Sambo SIDIKOU, l’organisation réussie de la conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5 Sahel pour le financement de la première phase du Programme d’investissement prioritaire constitue une avancée majeure et un tournant décisif dans la marche de cette organisation. En effet, dit-il, la dimension «développement» du G5 Sahel, qui avait connu beaucoup de retard dans son opérationnalisation, est désormais renforcée… Si M. SIDIKOU note un tournant décisif dans la marche du G5 Sahel avec l’organisation réussie de la conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds, il reconnaît cependant que tout n’est pas réglé avec cet exploit. A l’entendre, il s’agira maintenant de réussir la mobilisation effective des fonds annoncés qui se chiffrent à 2,4 milliards d’euros pour un besoin de financement initial de l’ordre de 1,7 milliards d’euros. Toujours sur le plan du développement, Maman Sambo SIDIKOU relève comme avancée,   le bouclage des études de deux projets phares du G5 Sahel, décidés par les chefs d’Etat, que sont le projet de la création de la compagnie aérienne et l’étude diagnostique des potentialités des produits agricoles, animaliers et halieutiques des Etats membres du G5 Sahel en vue de la préparation d’un ambitieux programme de promotion des produits nationaux pour renforcer la sécurité alimentaire et l’intégration régionale.

Bientôt, le Niger passera le flambeau de la présidence du G5 Sahel au Burkina Faso. De l’avis de la présidente du Conseil des ministres du G5 Sahel, malgré le contexte sécuritaire, le Burkina Faso, sous le leadership du président Roch Marc Christian KABORE, est en mesure de poursuivre la tâche que le Niger, le Mali, le Tchad et la Mauritanie ont entamé depuis la création du G5 Sahel. Après la transmission prochaine du flambeau au Burkina Faso, la présidence du Conseil des ministres du G5 Sahel reviendra au ministre en charge de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané KABORE, ministre de tutelle.