×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

«Monsieur  Lassané KABORE aux noms de leurs Excellences, Monsieur le Président du Faso et le Monsieur le Premier Ministre, je vous déclare solennellement installé dans vos fonctions de Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement. Félicitations et plein succès dans votre mission». C’est à travers cette formule que le secrétaire général du Gouvernement et du Conseil des ministres, Stéphane W. SANON, a installé le nouveau ministre de l’Economie, des Finances et du Développement dans ses fonctions. La passation des charges entre le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement entrant, Lassané KABORE, et la ministre sortant, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI a eu lieu, ce lundi 28 janvier 2019, à Ouagadougou.

                                                                 

 Pour Stéphane W. SANON, c’est une grande confiance et désormais une grande responsabilité que le nouveau  ministre de l’Economie, des Finances et du Développement va devoir assumer, notamment celle de conduire avec succès un secteur stratégique du Burkina Faso. M. SANON a par ailleurs rappelé que lors de la prise de contact avec les nouveaux membres du Gouvernement, le Président du Faso et le Premier ministre ont indiqué que le Gouvernement est au service du peuple et qu’il doit impérativement travailler à satisfaire les nombreuses attentes des populations. Pour ce faire, ils ont été invités à développer dans leurs domaines de compétence des initiatives à vie pour le rayonnement de leurs secteurs respectifs. A l’endroit de madame Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, le secrétaire général du Gouvernement et du Conseil des ministres, a traduit la gratitude du Président du Faso et du chef du Gouvernement pour sa disponibilité et pour le travail abattu. «Pendant plus de trois années, vous avez donné le meilleur de vous-même pour assurer efficacement la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de la politique du gouvernement en matière de pilotage de l’économie, des finances publiques, de gestion du développement et d’aménagement du territoire. Soyez en remerciée », s’est-il adressé à elle.

 Nommé ministre de l’Economie, des Finances et du Développement dans le gouvernement du Burkina Faso par décret 2019/0042/PRES/PM du 24 janvier 2019, Monsieur Lassané KABORE est titulaire du diplôme d’Etudes supérieures spécialisées en management, option, Stratégie et gestion d’entreprise de l’Institut d’administration des entreprises de l’Université Paris I, Panthéon Sorbonne; d’un diplôme d’Etudes supérieures spécialisées en management, option, Stratégie et gestion d’entreprise du Centre d’études financières, économiques et bancaires de Marseille en France; et d’un diplôme d’études approfondies (DEA) en économie et socio-économie du développement, option, «macro-économie» de l’Université de Ouagadougou. Il a occupé, entre autres fonctions, celles de Directeur chargé de la Stabilité macroéconomique et de la Surveillance multilatérale des politiques économiques et financières des Etats membres de la CEDEAO; Directeur général de la Coopération et, à ce titre, Gouverneur suppléant pour la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement et la Banque Islamique de Développement au compte du Burkina Faso et Ordonnateur suppléant du Fonds européen de développement (FED).

                                                                   

                                                                Le nouveau ministre entend bâtir ses actions sur six grandes valeurs

Dans son discours de prise de fonction, le ministre Lassané KABORE a exprimé sa gratitude au président du Faso, Rock Marc Christian KABORE et au Premier ministre, Christophe Joseph-Marie DABIRE, pour la confiance placée en lui pour servir le Burkina Faso. Il a, en outre, rendu hommage à son prédécesseur, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, pour son leadership à la tête du département, et au ministre délégué chargé du Budget, Edith Clémence YAKA, au ministre délégué chargé de l’aménagement du territoire, Pauline ZOURE, ainsi qu’à l’ensemble de l’équipe de direction pour les succès engrangés dans l’accomplissement de la mission de pilotage de l’économie, des finances publiques, de gestion du développement et d’aménagement du territoire. En prenant fonction ce 28 janvier, le ministre KABORE, dit mesurer l’ampleur de la tâche, le poids des responsabilités car, dit-il, les attentes sont fortes, les enjeux énormes et les défis immenses. «Avec le concours de mes collègues madame le ministre délégué chargé du Budget et madame le ministre délégué chargé de l’aménagement du territoire, de l’équipe de direction et de l’ensemble du personnel, je prends l’engagement de promouvoir une gouvernance vertueuse en sein du département et respectueuse des grandes valeurs du service public. Notre action sera fondée en particulier sur l’écoute et le dialogue social permanent à travers des cadres de concertations», a déclaré Lassané KABORE avant d’appeler à une mobilisation de l’ensemble des travailleurs du ministère afin de poursuivre le vaste chantier de transformation structurelle de l’économie au profit du bien-être du peuple burkinabè. Le nouveau ministre de l’Economie, des Finances et du Développement entend bâtir ses actions autour de six grandes valeurs que sont : le leadership, la vision, la coordination, le partenariat, la bonne gouvernance et la communication. «Je ne ménagerai aucun effort pour qu’ensemble, nous puissions dégager, par les vertus du dialogue et de la concertation, les voies et moyens à promouvoir pour instaurer un climat social apaisé et propice à la poursuite de notre mission dans l’intérêt supérieur de la Nation», a-t-il confié.

                                                                 Le Burkina Faso en conformité avec deux critères de convergence de l’UEMOA

 Quant au ministre sortante, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, elle a traduit sa reconnaissance à ses collaborateurs et à tous les agents du ministère, à Ouagadougou comme dans les services déconcentrés, qui ont su accomplir avec abnégation leurs tâches respectives pour l’atteinte des résultats dans le département. Selon Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, de 2016 à 2018, l’activité économique nationale a connu une bonne orientation avec la croissance du Produit intérieur brut (PIB) qui est ressorti à 5,9% en 2016; 6,3% en 2017 et 6,6% en 2018, en dépit d’un contexte national marqué par une situation sociopolitique et économique défavorable, avec la persistance des attaques terroristes, la poursuite des revendications sociales et le resserrement budgétaire. De l’analyse des critères de convergence de l’Union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA), pour l’année 2018, a-t-elle indiqué, il ressort que le Burkina Faso est en conformité avec deux sur trois critères de premier rang. Elle a cité le taux d’inflation annuel moyen qui est à 2,0% (pour une norme de 3,0% maximum) et le ratio de l’encours total de la dette sur le PIB nominal qui est à 38,4% (pour une norme de 70% maximum). Quant au troisième critère de premier rang qu’est le ratio du déficit budgétaire, la ministre sortante a confié que le Burkina Faso ne le respecte pas (Ce ratio n’attendrait pas -5% pour une norme de -3% maximum), ni les deux critères de second rang que sont le ratio de la masse salariale sur les recettes fiscales qui est à 53,3% (pour une norme de 35% maximum) et le taux de pression fiscale à 16,4% (pour une norme de 20% minimum). «Le respect des critères de convergence constitue donc un véritable défi pour notre pays», a déclaré Mme COULIBALY/SORI.

                                                                             

Au titre de la promotion d’une gestion performante de l’économie et du développement, elle a relevé comme résultats, entre autres, l’élaboration, l’adoption et le financement du PNDES; l’adoption du Schéma national d’aménagement et de développement durable du territoire (SNADDT); l’adoption de la loi d’orientation sur l’aménagement et le développement durable du territoire (LOADDT); la gestion opérationnelle de l’économie et l’animation du développement avec plus de 10,461 milliards de F CFA de crédits alloués à 150 300 femmes en 2018 et le lancement du programme «Burkina Startups» qui, doté d’un budget de 10 milliards de F CFA, a permis de sélectionner, de former et de financer 62 startups à hauteur de plus de 2,208 milliards de F CFA; la mise en place du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL) en vue de bâtir des économies locales dynamiques et résilientes; la mise en place du Programme d’urgence pour le Sahel (PUS) pour répondre aux défis sécuritaires; la sélection du Burkina Faso en 2016 pour bénéficier, de la part du Millenium challenge corporation (MCC), d’un second compact; la création d’une Caisse de dépôts et de consignations; la création d’une banque pour le financement de l’agriculture; et l’adoption du Code général des impôts.

Concernant l’amélioration de la mobilisation des ressources internes, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, a noté un accroissement global des ressources propres de 46% entre 2015 et 2018. Cette performance est due, selon elle, à l’opérationnalisation de la facture normalisée au niveau des contribuables; à la mise en œuvre des télé-procédures; à la mise en service du Système de liaison virtuelle pour les opérations d’importation et d’exportation (SYLVIE); à la mise en place d’une cellule de suivi des Restes à recouvrer et au renforcement de la lutte contre la fraude et le faux.

                                                            

 Quant aux ressources extérieures, le montant total mobilisé au 31 décembre 2018, s’élève à 6 180,88 milliards de F CFA, soit 71,11% des annonces des partenaires institutionnels à la Conférence de Paris (8 353 milliards de F CFA) et 111, 0% par rapport au besoin de financement du PNDES soumis auxdits partenaires (5 570,2 milliards de F CFA). «Il me plait de saluer l’œuvre de construction avec le peuple d’un Burkina Faso de démocratie, de progrès économique et social, de liberté et de justice entreprise sous le leadership de Son Excellence Monsieur Rock Marc Christian KABORE, président du Faso». Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI a félicité le ministre entrant, Lassané KABORE, pour sa nomination et lui a rassuré de son entière disponibilité à l’accompagner dans sa mission. Par ailleurs, elle a invité l’ensemble du personnel du département à constituer un véritable socle autour du nouveau ministre afin de faciliter sa mission pour l’atteinte des résultats attendus.

 Tout en déplorant les mouvements sociaux qui ont perturbé l’action du département, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, dit partir avec le sentiment du devoir accompli. «Je m’en vais avec le sentiment du devoir accompli. Non pas en héros solitaire mais admirative de la contribution de tous et de chacun à l’accomplissement de la mission de pilotage de l'économie, des finances publiques, de gestion du développement et d'aménagement du territoire. C’est le cœur léger que je quitte cette fonction et il ne pouvait en être autrement car de par ma culture et mon éducation, il n’y a point de place ni pour la rancune, encore moins pour la haine. C’est pourquoi, je voudrais implorer le pardon de tous ceux que j’ai pu offenser par mes paroles et mes actes, au cours de ma fonction », a-t-elle précisé.