×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

La 7ème conférence annuelle de la Direction générale des impôts (DGI) tenue  sur le thème: «Le service au contribuable et la promotion du civisme fiscal» s’est achevée ce mercredi 19 décembre 2018 à Ouagadougou. A l’issue de trois jours de travaux et de réflexions sur les thématiques qui portent sur le service au contribuable et le consentement volontaire à l’impôt; l’état des lieux du service au contribuable à la Direction générale des impôts; et les innovations pour un service efficace au contribuable, les participants composés des agents des impôts et leurs partenaires ont abouti à des conclusions relatives à des résolutions et recommandations.  

                                   

Au titre des résolutions, les participants se sont engagés à élaborer et vulgariser un document de stratégie de promotion du civisme fiscal; à opérationnaliser le projet «open office» en 2019 pour faciliter l’accomplissement des obligations fiscales des contribuables. Aussi, ils ont également invité la DGI à mettre en place une stratégie de management de la qualité.

S’agissant des recommandations, les participants demandent l’implication des premières autorités dans la promotion du civisme fiscal; la création d’une direction de la qualité et de la promotion du civisme fiscal qui intègre les attributions du Service communication et relations publiques en vue d’instaurer une communication dynamique et efficace au profit de la DGI; le respect des acquis en matière de motivation des agents; et l’audit des procédures de la DGI afin de déceler les tâches sans valeur ajoutée et redondantes qui allongent inutilement les délais de traitement des dossiers.

                                   

 Pour le Directeur général des impôts, Adama BADOLO, la tenue de la conférence sur le service au contribuable et  la promotion du civisme fiscal est aussi une invite à l’endroit de l’administration des impôts à faire des efforts pour faciliter la vie au contribuable. «Les contribuables sont nos clients. Ce sont nos partenaires et la déclaration de l’impôt doit être facilitée», a-t-il dit. A l’entendre, l’analyse du cadre normatif du service au contribuable a permis, d’une part, d’identifier les indicateurs pertinents couramment utilisés pour mesurer la qualité du service rendu aux contribuables et, d’autre part, d’établir un lien de causalité entre la qualité du service et le consentement volontaire à l’impôt et partant, le niveau de civisme fiscal.

Par ailleurs, l’état des lieux du service au contribuable à la DGI, établi sur la base des indicateurs standards, a révélé l’importance des acquis engrangés au cours des cinq dernières années, notamment la simplification de la législation fiscale et des procédures; la mise en ligne des formulaires de déclaration; la gestion des contribuables par segments pour mieux prendre en compte les spécificités liées à chaque segment; l’opérationnalisation de la plateforme de télédéclaration et de télépaiement, etc.  Selon M. BADOLO, des insuffisances restent à être juguler, notamment la faible qualité d’accueil et de communication avec les contribuables, les longs délais de traitement des dossiers et de réponses aux préoccupations des contribuables, et le manque d’anticipation dans la prise en charge de leurs besoins.