×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

La 7ème conférence annuelle de la Direction générale des impôts (DGI) se tient du 17 au 19 décembre 2018, à Ouagadougou sur le thème: «Le service au contribuable et la promotion du civisme fiscal». L’ouverture des travaux a eu lieu ce lundi 17 décembre sous la présidence du ministre délégué chargé du Budget, Edith Clémence YAKA, représentant le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement. Durant 72 heures, les participants vont échanger en plénière sur trois thématiques, à savoir le service au contribuable et le consentement volontaire à l’impôt; l’état des lieux du service au contribuable à la Direction générale des impôts; et les innovations pour un service efficace au contribuable.

                                

L’objectif général de la conférence, selon la Direction générale des impôts, est de contribuer à l’amélioration de la qualité du service au contribuable et en faire un véritable facteur de promotion du civisme fiscal en vue d’une optimisation des recouvrements.

Selon le Directeur général des impôts, Adama BADOLO, au cours de l’année 2018, la DGI est passée à une étape décisive en matière de service au contribuable en lançant officiellement, le 12 avril, la plateforme de téléprocédures fiscales «eSINTAX», un outil révolutionnaire qui permet aux contribuables de déclarer et de payer leurs impôts et taxes en ligne. En outre, un des plus importants projets informatiques dénommé «projet e-document» est en cours. A l’entendre, ce projet va concerner l’attestation de situation fiscale (ASF), l’attestation de retenue à la source, la certification du chiffre d’affaires et le dossier unique du contribuable qui sera numérisé dans son espace e-sintax. Pour lui, si de nombreuses actions ont été menées en matière de service au contribuable à la DGI, des difficultés et autres insuffisances demeurent et le service au contribuable reste à améliorer dans un environnement aussi dynamique et complexe avec des contribuables de plus en plus nombreux et exigeants. «Notre objectif est de créer un partenariat avec le contribuable et avec les usagers de l’administration fiscale en générale pour que, d’une part, la  déclaration de l’impôt, son paiement et les documents administratifs dont les contribuables ont besoin pour compléter leurs dossiers soient facilités», a indiqué Adama BADOLO qui a, par ailleurs, précisé que l’enjeu de la conférence est d’aller vers plus de civisme fiscal afin que la DGI soit une administration plus performante.

                                

 Pour le ministre délégué chargé du Budget, Edith Clémence YAKA, le thème de la 7è conférence annuelle de la DGI s’inscrit en droite ligne avec les priorités du département en charge de l’Economie, des Finances et du Développement qui fait de l’amélioration du service à l’usager un défi constant. «Le service au contribuable se rapporte à la manière dont l’autorité interagit, guide et soutient les contribuables afin de renforcer une culture de conformité fiscale efficace et efficiente. Aussi, devra-t-il être en phase avec l’évolution des technologies de l’information et de la communication afin de permettre aux usagers de bénéficier de services conviviaux, accessibles et compréhensibles», a-t-elle déclaré.

En anticipant sur les évolutions possibles des attentes des contribuables pour construire un modèle de management centré sur une modernisation de son action en vue de se conformer aux standards et bonnes pratiques internationaux en terme de qualité du service rendu, a poursuivi la représentante du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, la Direction générale des impôts consolide sa posture stratégique dans un environnement de plus en plus exigeant, dynamique et complexe.

A l’ouverture des travaux de la conférence, elle a invité le Directeur général et l’ensemble de ses collaborateurs à poursuivre la dynamique déjà amorcée en plaçant la promotion du civisme fiscal au centre de leurs  actions. Par ailleurs, elle a exhorté les participants à cultiver un esprit de partage et de critiques constructives.