×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, et l’ambassadeur du Royaume de la Belgique au Burkina Faso, Lieven DE LA MARCHE, ont procédé à la signature d’un accord de prêt de 5,25 milliards de F CFA, ce jeudi 06 décembre 2018, à Ouagadougou. C’était en présence du ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Niouga Ambroise OUEDRAOGO. Ce prêt est destiné au financement du projet de réalisation de 27 systèmes d’Adduction d’eau potable (AEP) dans la région du Centre-Est. Le projet a pour objectif de contribuer à l’amélioration de l’accès universel à l’eau potable par les populations dans ladite région. Son coût total est estimé à 8 millions d’euros, soit 5,899 milliards de F CFA,  dont 5,25 milliards sont financés par le Royaume de la Belgique.

                             

Selon l’ambassadeur du Royaume de la Belgique, c’est un prêt à long terme (30 ans) sans intérêt avec une période de grâce de 10 ans. «C’est un prêt qui n’est en aucun cas lié à la mise en œuvre par des entreprises belges ou la fourniture de matériaux ou services venant de la Belgique. C’est donc un crédit concessionnel totalement délié, comme il est prescrit par le Comité d’aide au développement (CAD)», a indiqué Lieven DE LA MARCHE. A l’entendre, les fonds, qui viennent d’être octroyés par son pays, seront exclusivement utilisés pour le paiement des entreprises et prestataires de services dans le cadre des appels d’offres internationaux organisés pour l’exécution du projet.

Pour le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, qui a salué la qualité de la coopération avec la Belgique, le Burkina Faso est un pays dans lequel la ressource en eau est très rare. De ce fait, tout investissement dans ce secteur est très important pour la population. Selon Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, le portefeuille actif financé par le Royaume de Belgique s’élève à 18 millions d’euros, soit 12 milliards de F CFA. Parlant de l’accord signé, elle a indiqué qu’«il s’agit d’un prêt d’Etat à Etat. Un mécanisme qui est assez rare».

Selon le ministre en charge de l’Eau et de l’Assainissement, Niouga Ambroise OUEDRAOGO, la situation de l’accès à l’eau potable dans la région du Centre-Est est caractérisée par l’insuffisance des points d’eau modernes et la sur-fréquentation de ceux déjà existant; l’éloignement des points d’eau obligeant les populations à parcourir de longues distances ou à s’alimenter à partir de marigots, rivières ou puits; et une démographie galopante entrainant une forte demande. De son avis le projet de réalisation de 27 systèmes d’adduction d’eau potable dans cette région permettra de lever les contraintes d’accessibilité des populations rurales. Dans ce cadre, a-t-il précisé, il est prévu la réalisation des études de faisabilité technique et économique de 27 AEP; la réalisation de 27 forages à gros débit devant alimenter les AEP; et la réalisation de 189 bornes fontaines et 1 350 branchements privés au profit des populations. «L’ensemble de ces réalisations permettra de desservir environ 108 000 personnes», a-t-il confié. Niouga Ambroise OUEDRAOGO a, au nom du gouvernement et du peuple burkinabè, remercié le Royaume de la Belgique pour son accompagnement au profit des populations rurales. Il a, par ailleurs, rassuré que son département prendra toutes les dispositions institutionnelles, administratives et techniques nécessaires afin de garantir le bon déroulement du projet.