×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI  a été auditionné par  la Commission des finances et du budget (COMFIB) de l’Assemblée nationale, dans la matinée de ce vendredi 26 octobre 2018, à Ouagadougou. Cette audition a porté sur le projet de budget-programme  2019-2021 de son département. Après avoir introduit l’ordre du jour, le président de la séance d’audition, le député Moussa TINDANO, a invité madame  le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement  à présenter le projet de budget-programme 2019-2021 de son département.  

                             

 Selon Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, le budget-programme, cadre d’opérationnalisation de la politique sectorielle sur la période 2019-2021, offre au ministère de l’Economie, des Finances et du Développement et aux autres acteurs du secteur, un référentiel d’orientation de l’action gouvernementale en matière d’économie, de finances publiques, de planification stratégique et de prospective. Il est estimé à un coût global de 660 milliards 474 millions de F CFA sur la période 2019-2021, à travers 7 programmes qui ont été identifiés. Le coût annuel pour l’année  2019 est de 211, 552 milliards de F CFA. 

 A l’entendre, les programmations totales des crédits de paiement du ministère en 2019 s’élèvent à 104, 52 milliards 601 mille F CFA avec 16 milliards 720 millions 892 mille F CFA d’autorisation d’engagement répartis entre 7 programmes assortis de résultats attendus. Les sept programmes sont: la gestion macroéconomique et pilotage du développement; la mobilisation et la gestion des ressources budgétaires; la programmation budgétaire et la gestion des dépenses; la gestion des comptes publiques  et la sauvegarde des intérêts financiers et du patrimoine de l’Etat; le contrôle, l’audit des finances publiques et la lutte contre la fraude et le faux; la gestion des relations économiques et financières internationales; le pilotage et le soutien aux services du ministère.  En plus de la situation des sept programmes, le département de l’Economie, des Finances et du Développement supporte la dotation de la charge financière de la dette qui s’élève sur la période 2019-2021 à près de 348 milliards de F CFA comme dette extérieure. «Les activités ont été budgétisées par nature de dépenses en mettant l’accent sur les projets d’investissement», a expliqué Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI. 

                              

 Pour madame le ministre de l'économie, des finances et du développement, son département doit faire face à huit défis majeurs au cours de l'année  2019. Il s'agit  de la mise  en cohérence les instruments et les dispositifs de validation et de développement; du renforcement de l’appareil statistique national; de la dotation en capacités d’analyse et prévisions économiques ; de  la mise en œuvre les réformes institutionnelles, organisationnelles et règlementaires; de la poursuite et l’accentuation des efforts dans le domaine de l’aménagement du territoire; de  l’optimisation et la mobilisation des ressources pour le financement du développement; de la rationalisation des dépenses promouvant la transparence et la reddition des comptes; du renforcement et de la réduction significative des phénomènes de la fraude et de la corruption.

                              

 Après l’exposé du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, la sous-commission technique de la Commission des finances et du budget ayant examiné le projet de budget du MINEFID, par la voix du député Laurent ZONGO, a soumis les questions retenues pour être portées au débat. Ces questions sont relatives aux dispositions prises par le MINEFID pour que le programme «mobilisation et gestion des ressources budgétaires» atteigne ses objectifs; les difficultés de mises en œuvre des projets et programmes liées au déblocage tardif de la contrepartie nationale; la situation de l’exécution de la charge de la dette publique, et les retombées économiques du rétablissement des relations entre le Burkina Faso et la République de Chine populaire. Par ailleurs, les députés ont posé des préoccupations relatives, entre autres, au climat social délétère au sein du département et les dispositions prises pour le résorber; l’élaboration du cadastre fiscal, le transfert de compétences de COTECNA aux douanes; l’opérationnalisation des régies de recettes dans les banques; et la part du budget réservé à  l’accompagnement des régies de recettes pour améliorer le recouvrement. A ces préoccupations, le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, le ministre délégué chargé du Budget, Edith Clémence YAKA et les équipes techniques du département ont, tour à tour, apporté des éléments de réponse. A entendre madame le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, la difficulté liée au déblocage de la contrepartie nationale réside parfois sur l’inexistence de projets. «Tant que le projet n’est pas créé, on ne peut pas adosser une contrepartie», a-t-elle fait savoir. Sur les relations diplomatiques avec la République populaire, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, a indiqué qu’au niveau mondial, elle représente le premier partenaire en matière de performances économiques. Répondant à la préoccupation sur la part du budget réservé à l’accompagnement des régies de recettes, le Directeur de l’administration et des finances du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, Sidwayan Eric KOMPAORE, a confié qu’elle est passée de 1,5 milliards de F CFA en 2016  à 4 milliards de F CFA en 2018 et pour le projet de budget de 2019 elle se chiffre à 4,5 milliards de F CFA.  En réponse à une préoccupation d’un des députés relative aux restes à recouvrer, la Directrice générale adjointe des impôts, Brigitte SAMMA/YAMEOGO, a laissé entendre qu’à la date de fin septembre 2018, plus de 38 milliards de F CFA ont été recouvrés sur environ 369 milliards de F CFA de stock de reste à recouvrer.