×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

La 19ème conférence annuelle des agents comptables des Etablissements publics de l’Etat (CACEPE) se tient du 1er au 03 octobre 2018, à Ouagadougou sur le thème: «La contribution des Etablissements publics de l’Etat à la mise en œuvre des recommandations issues de l’évaluation de la performance du système de gestion des finances publiques (GFP) suivant la méthodologie du cadre PEFA». L’ouverture des travaux a eu lieu ce lundi 1er octobre sous la présidence du ministre délégué chargé du Budget, Edith Clémence YAKA, représentant le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement. Cette 19ème conférence annuelle devra permettre, selon le Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, Abraham OUATTARA,  aux agents comptables des Etablissements publics de l’Etat (EPE) de cerner la dépendance, ainsi que la nécessaire complémentarité entre les finances publiques de l’Etat central et celles de leurs institutions, mais aussi elle devra permettre de passer en revue les difficultés que ceux-ci rencontrent dans l’exercice de leur fonction. 

                                         

Selon la représentante du ministre en charge de l’Economie, des Finances et du Développement, l’évaluation des performances du système de gestion des finances publiques du Burkina Faso suivant la méthodologie du cadre PEFA remonte à l’année 2007. Son champ d’évaluation concerne l’administration centrale constituée des ministères et institutions relevant du budget de l’Etat, les Etablissements publics de l’Etat et les organismes de sécurité sociale. A entendre Edith Clémence YAKA, la dernière évaluation du système de gestion des finances publiques du Burkina Faso, qui a eu lieu en 2017, a porté sur les évolutions et changements intervenus suite aux actions de réformes engagées depuis 2013. Cette évaluation a abouti à des recommandations devant permettre d’améliorer la notation du Burkina Faso. De sons avis, en choisissant de se pencher sur «la contribution des Etablissements publics de l’Etat à la mise en œuvre des recommandations issues de l’évaluation de la performance du système de gestion des finances publiques (GFP) suivant la méthodologie du cadre PEFA», les agents comptables des EPE démontrent leur capacité à s’adapter aux évolutions récurrentes et nécessaires dans le domaine des finances publiques, à jouer leur partition dans le défi de la réforme de la gestion publique, et à participer à l’œuvre de modernisation de l’Etat dans laquelle le gouvernement s’est engagé. 

 A l’ouverture des travaux, le ministre délégué chargé du Budget a exhorté les participants à mener des réflexions qui puissent leur permettre de cerner la notion et la méthodologie du cadre PEFA, ses indicateurs de performances, ses forces et ses faiblesses en vue de faire une lecture avisée des performances réalisées par les EPE suivant cette méthodologie lors de l’évaluation de 2017 et de cerner l’impact des performances des EPE sur la performance globale des finances publiques. «J’ai l’intime conviction que les actions de mise en œuvre des recommandations de l’évaluation vont induire des réglages d’ordre fonctionnel, organisationnel, voire institutionnel», a déclaré Mme YAKA.

                                       

 Selon le Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, Abraham OUATTARA, le cadre PEFA est un référentiel international qui permet d’évaluer les performances de la gestion des finances publiques. Il concerne le budget, la comptabilité, la restitution, etc. «On a adopté un référentiel dans lequel on veut consolider les comptes de l’Etat avec ceux des organismes publics tels que les Etablissements publics de l’Etat. C’est dans ce cadre que le PEFA nous a recommandé de faire davantage d’efforts pour pouvoir mieux prendre en compte, et à bonne date, les données statistiques des Etablissements publics de l’Etat afin que les comptes de l’Etat soient plus complets», a laissé entendre M. OUATTARA. L’intérêt pour le Burkina Faso d’appliquer les recommandations du cadre PEFA, a-t-il expliqué, c’est de lui permettre d’améliorer son score. Plus vous avez les bons scores, cela veut dire que vos finances publiques sont mieux gérées. Et dans vos relations avec les partenaires, vous êtes davantage respectés, si la qualité de la gestion des finances publiques est conforme aux standards internationaux. Pour lui, les attentes de cette 19ème CACEPE, visent à permettre aux agents comptables de prendre connaissance de ce qui est attendu des EPE en matière d’amélioration de l’évaluation PEFA. Cette évaluation a eu lieu chaque quatre ans ou par moment chaque deux ans, selon le dispositif mis en place.