Le   ministre   de   l’Economie,   des   Finances   et   du Développement, Hadizatou   Rosine   COULIBALY/SORI   et   le   Directeur   de   la Coopération   suisse   au   Burkina   Faso,   Jean-Bernard   DUBOIS,  ont procédé à la signature d’un accord de financement d’un montant de 30 millions de francs suisse,  soit environ 16, 902 milliards de Francs CFA non remboursables, le jeudi 23 novembre 2017 à Ouagadougou. Ce financement   octroyé   sous   forme   de   subvention   s’inscrit dans   le cadre du programme conjoint d’aide budgétaire dénommé «Cadre général d’organisation des appuis budgétaires en soutien à la mise en œuvre du PNDES».

                                                

Selon   le   Directeur   de   la   Coopération   suisse,   Jean-Bernard   DUBOIS, cette subvention entre dans le cadre des engagements pris par la Suisse à l’occasion de la Conférence de Paris en décembre 2016. Elle vise à appuyer et à soutenir le gouvernement burkinabè dans sa lutte contre la pauvreté par le biais de la mise en œuvre du PNDES. A l’entendre, le Burkina Faso est le seul pays en développement qui bénéficie de cet instrument  d’appui  budgétaire  de   la   part de la  Suisse. «L’accord  que nous venons de signer est le 9ème du genre, ce qui porte à 188 millions de francs suisses, soit l’équivalent de plus de 105 milliards de francs CFA, le montant total des accords d’appui budgétaire conclus entre la Suisse et   le   Burkina   Faso»,   a   fait   savoir   Jean-Bernard   DUBOIS.   Pour   le Directeur  de  la   Coopération   suisse,   cet   appui   est   la   traduction  d’une confiance   renouvelée   entre   les   deux   pays   et   symbolise   aussi   la permanence  et la   franchise du  dialogue  politique   que   la Suisse   et  le Burkina   Faso   entretiennent   sur   des   questions   prioritaires   de développement,   en   particulier,   la   problématique   de   la   lutte   contre   la pauvreté   et   les   inégalités   sociales.   «La   Suisse   fait   le   pari   d’un développement   équilibré   basé  sur  la   bonne   gouvernance  du   Burkina Faso.   Ce   pari   est   basé  sur   la   confiance.  Cela   est   très   positif,   mais également   c’est   un   défi.  Nous   ne   pouvons   pas   conjointement   nous permettre   de   ne   pas   réussir.   Nous   devons   démontrer   que   c’est   un instrument efficace; qu’il contribue au développement à un autre niveau qui peut compléter l’aide bilatérale», a-t-il déclaré. Cet appui, a poursuivi M. DUBOIS, servira à financer les priorités décrites dans le PNDES avec la composante «projets et programmes». En effet, Au Burkina Faso, la Suisse   soutient   l’éducation   de   base,   la   formation   professionnelle,   le développement  économique local et la décentralisation. Le   ministre   de   l’Economie,   des   Finances   et   du   Développement, Hadizatou   Rosine   COULIBALY/SORI   a   traduit   la   gratitude   du gouvernement et de l’ensemble du peuple burkinabè à la Coopération suisse. « A travers cette aide budgétaire, le gouvernement suisse affiche encore une fois de plus et pleinement sa disponibilité à soutenir le développement économique et social du Burkina Faso», a-t-elle  fait remarquer. Selon le ministre, cette aide non affectée va dans le budget de l’Etat et le gouvernement en  fera   la  meilleure   utilisation,  selon  ses  priorités.   Cet appui   budgétaire   sera   décaissé   sur   la   période   2017-2020.   «Les ressources octroyées seront réparties en quatre (04) montants annuels de 7,5 millions de francs suisses chacun, à décaisser sur la base d’une tranche de 4 millions et d’une tranche variable de 3,5 millions de francs suisse», a indiqué Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI. Pour le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, ce financement vient à point nommé, car à l’assemblée générale des projets et programmes tenue ce 23 novembre, il y avait plus de 245 projets à financer. A l’entendre, sur la période 2013-2016, la Coopération suisse a apporté au Burkina Faso une aide budgétaire d’un montant de 32 millions de francs suisses.