Le Premier ministre, Son Excellence Paul Kaba THIEBA, a procédé au lancement officiel du Programme d’urgence pour le Sahel du Burkina Faso (PUS-BF), le jeudi 3 août 2017, dans la commune rurale de Tongomayel. D’un coup global de 455, 34 milliards de F CFA, ce vaste programme, qui couvre la période 2017-2020, est placé sous la responsabilité administrative et financière du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement. Selon le gouvernement, il vise à contribuer à l’amélioration de la sécurisation des populations et des biens dans la région du Sahel.

C’est devant de nombreux citoyens de la commune rurale de Tongomayel et de la province du Soum, dans la région du Sahel, que le Premier ministre, Son Excellence Paul Kaba THIEBA, a lancé officiellement le Programme d’urgence pour le Sahel du Burkina Faso (PUS-BF), le jeudi 3 août 2017, à travers le volet Eau et assainissement dont le coût est estimé à 40 milliards de F CFA. La cérémonie de lancement a été marquée par le premier coup de forage donné par le Premier ministre pour la réalisation de pompes, la remise symbolique de 5 chèques d’une valeur de 9 millions de F CFA à cinq promoteurs privés, la remise de gilets par balles et de casques, de registres d’état civil, de 15 tonnes de vivres, ainsi que la remise d’extraits de naissance aux enfants. Selon Paul Kaba THIEBA, le PUS-BF constitue une réponse urgente aux problèmes de vulnérabilité de la région du Sahel. Ces problèmes sont essentiellement relatifs à l’insécurité qui a un terreau naturel lié à l’extrême pauvreté et à la désespérance.  En lançant ce programme, a-t-il expliqué, le gouvernement traduit sa volonté et sa détermination aux côtés des populations du Sahel pour développer les potentialités de cette région.

D’un coût global de 455, 34 milliards de F CFA pour la période 2017-2018, a fait savoir le Premier ministre, dont 88 milliards de F CFA pour le second semestre de l’année 2017, le PUS a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la sécurisation des personnes et des biens dans la région du Sahel pour une prospérité partagée et durable. A l’entendre, sa mise en œuvre permettra d’améliorer l’accès aux services sociaux de base et d’accroître la résilience des populations, notamment les jeunes et les femmes; de renforcer la sécurité des populations et de leurs biens; et d’améliorer la gouvernance administrative et locale.

Toutefois, il a souligné que la mise en œuvre du Programme d’urgence pour le Sahel intervient dans un contexte national et international marqué par l’insécurité, le grand banditisme et le terrorisme qui affectent durablement la paix civile et le développement. Selon les statistiques, a-t-il relevé, de 2015 à nos jours, le Burkina Faso a connu au total 33 attaques terroristes ou agressions de nature terroristes revendiquées essentiellement par des mouvements terroristes. Ces attaques, qui ont causé une cinquantaine de morts, dont 27 éléments des forces de défense et de sécurité, se sont accentuées en 2016 dans la région du Sahel. A cet effet, Paul Kaba THIEBA a invité les populations, en particulier la jeunesse de la région du Sahel et du Burkina Faso à avoir foi en l’avenir et à ce départir de l’extrémisme, de la violence et du banditisme. «Sachez que vous n’êtes pas seules. Le président du Faso, Son Excellence Roch Marc Christian KABORE et mon gouvernement sont très sensibles aux souffrances, à la peur et à la désolation que vous endurez dans vos familles. Sachez que nous seront toujours à vos côtés dans la lutte contre l’intolérance, la violence aveugle pour préserver la paix, la liberté et la patrie. N’ayez pas peur, donnons-nous la main pour ensemble ramener ces frères et sœurs aujourd’hui obnubilés par des courants de pensées qui transcendent leur être, et qui ont toujours leur place dans notre société», s’est-il adressé aux populations du Sahel.

De l’avis du maire de la commune rurale de Tongomayel, Sadou Issa TAMBOURA, le PUS constitue un véritable espoir pour soutenir le développement local et participer de façon substantielle à la lutte contre la pauvreté et l’insécurité que connaît la région du Sahel. «Ce lancement du PUS est une preuve de considération et de la prise en compte des préoccupations», a-t-il déclaré. L’édile de Tongomayel a saisi l’occasion pour exprimer sa gratitude au gouvernement burkinabè et à l’ensemble des partenaires financiers qui accompagnent la mise en œuvre du programme. Par ailleurs, il a lancé un appel aux populations de sa commune à soutenir la mise en œuvre du PUS.

Pour la porte-parole des partenaires techniques et financiers, Metsi MAKHETHA, par ailleurs représentante résidente du PNUD au Burkina Faso, le Programme d’urgence pour le Sahel est l’expression d’une ferme volonté du gouvernement burkinabè de faire de la sécurité humaine une réalité dans le pays. Ainsi, elle a, au nom du Système des Nations Unies, des partenaires techniques et financiers, félicité le gouvernement pour son sens de responsabilité. «La communauté des partenaires ne pouvait pas rester en marge d’une aussi judicieuse initiative», a déclaré Mme MAKHETHA avant de rassurer de leur engagement pour mobiliser les ressources humaines, matérielles et financières nécessaires pour la mise en œuvre du programme.

Placé sous la responsabilité administrative et financière du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, ce programme adopté en Conseil des ministres du 21 juin 2017 couvre la région du Sahel et 4 communes frontalières du Yatenga (Thiou et Kain)  et du Lorum (Solé et Banh), comprend 4 composantes. Il s’agit de la composante socio-économique; la composante gouvernance administrative et locale; la composante sécurité et défense publiques; et la composante gestion du programme et appui institutionnel. Pour une mise en œuvre efficace et efficiente du PUS, un dispositif de pilotage et de suivi global a été mis en place par le gouvernement. Il s’agit du Conseil d’orientation stratégique (COS) présidé par le Premier ministre et deux vice-présidents que sont le ministre d’Etat, ministre de la sécurité, et le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation; le Comité de supervision (COSUP) présidé par la Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, chargée de l’aménagement du territoire assistée du secrétaire d’Etat à la décentralisation et du Directeur de cabinet du ministère de la Sécurité;et les Comités de suivi (CS) au niveau déconcentré/décentralisé présidés respectivement par le gouverneur, secondé par le président du Conseil régional, le haut-commissaire secondé par le président du Conseil municipal du chef-lieu de province, les préfets secondés par les maires.

En marge du lancement du Programme d’urgence pour le Sahel, le Premier ministre Paul Kaba THIEBA a effectué une visite au détachement militaire de Djibo d’où il a encouragé les éléments et recueilli leurs doléances.