L’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) du Burkina Faso vient de mettre, au service du Burkina, du Tchad, du Togo, du Niger, du Gabon et du Congo Brazzaville, 299 nouvelles compétences composées d’inspecteurs, de contrôleurs, d’assistants et d’agents de recouvrement financiers. Placée sous la présidence du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, représentée par la secrétaire d’Etat chargée de l’aménagement du territoire, Pauline ZOURE, et le parrainage de Justin Damo BARO, ancien gouverneur par intérim de la BCEAO, la sortie de promotion a eu lieu, le jeudi 27 juillet 2017 à Ouagadougou sous le thème: «Civisme fiscal et lutte contre la fraude». La promotion sortie a été baptisée ‘’Promotion Réforme’’.  

Après deux ans de formation pour certains et deux ans et demi pour d’autres, ils sont au total 299 financiers composés d’inspecteurs, de contrôleurs, d’assistants et d’agents de recouvrement jugés aptes à servir leurs nations. Ces élèves, qui viennent d’achever leur formation à l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) du Burkina Faso sont issus d’horizons divers, dont le Burkina Faso, le Togo, le Niger, le Tchad et le Congo Brazzaville. La sortie officielle de ces nouvelles compétences a eu lieu le jeudi 27 juillet 2017, à Ouagadougou sous le thème: «Civisme fiscal et lutte contre la fraude».Placée sous la présidence du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, représentée par la secrétaire d’Etat chargée de l’Aménagement du territoire, Pauline ZOURE, et le parrainage de l’ancien gouverneur par intérim de la BCEAO, Justin Damo BARO, la de sortie de promotion a été marquée par la remise symbolique des diplômes aux majors issus des différentes filières de formation(économie et développement; finances publiques; comptabilité; fiscalité; aménagement du territoire; statistiques) et la remise du cadeau de la promotion sortie au parrain. ‘’Promotion Réforme’’, tel est le nom de baptême de cette 28e  promotion. 

 

Pour la représentante du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Pauline ZOURE, les attentes vis-à-vis de la promotion sortie, c’est de renforcer les capacités opérationnelles du ministère en lui apportant un véritable appui pour conduire à bien les réformes engagées. «Des attentes vraiment pressantes sont placées en cette promotion et nous l’attendons sur le terrain pour que nous puissions conduire à bien la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social», a dit Pauline ZOURE. 

 

Après 29 ans d’existence, a relevé la représentante du ministre de l’Economie et des Finances, l’ENAREF s’est toujours employée à jouer un rôle majeur dans la mise en œuvre des réformes au sein du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, notamment par le renforcement des capacités, la diffusion des savoirs et des bonnes pratiques. Dans cette quête de l’excellence et de l’amélioration continue, elle s’est inscrite dans une démarche innovante qui a conduit à sa certification aux normes ISO 901, version 2008. Pauline ZOURE a saisi l’occasion pour remercier les acteurs qui ont hissé l’ENAREF au rang de centre d’excellence de l’Afrique francophone.

Quant aux élèves en fin de formation, elle les a invités à une pratique vertueuse de leur métier par le respect des principes et des règles d’éthique et de déontologie de la profession. «Les diplômes sont, certes importants, mais ils ne sauraient constituer une fin en soi. Le plus important ,c’est ce que les populations attendent de vous dans le travail, la manière de servir votre pays et de vous conduire devant l’intérêt général et les usagers», a-t-elle rappelé avant d’inviter les élèves à porter en eux les espoirs d’une administration financière dynamique et réformée qui cultive la solidarité, l’efficacité et l’intégrité. Une administration publique sensible aux innovations et aux réformes.

A l’endroit de la direction générale de l’ENAREF, la représentante du ministre en charge de l’Economie et des Finances, l’a exhortée à poursuivre sa dynamique de transformation et d’amélioration continue dans laquelle elle s’est lancée.

Elle a, au nom du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, souhaité un bon retour aux élèves provenant des pays frères et amis, et les a invités à être des ambassadeurs de l’ENAREF auprès de leurs compatriotes pour les rassurer de la qualité de la formation.

 

Selon le délégué général de la promotion, Hyacinthe ILBOUDO, l’administration financière est en pleine réforme. En choisissant le nom de baptême «Réforme» les élèves sortis entendent aller aider leurs devanciers dans l’administration à la mise en œuvre des différentes réformes engagées depuis 2016, notamment la facture normalisée dans les régies financières et la mise en œuvre du budget-programme dans le domaine des dépenses. «A un moment où la lutte contre la corruption, la fraude et l’incivisme fiscal est à jamais engagée dans un contexte de réforme générale de l’administration financière, nous tâcherons, comme cela doit toujours l’être, de nous investir pleinement à l’atteinte des objectifs qui seront fixés dans le cadre de la gestion axée sur des résultats en général, et du budget-programme en particulier», a promis Hyacinthe ILBOUDO.Au parrain, le porte-parole de la promotion sortie a traduit l’engagement de ses camarades à contribuer à la réussite des réformes en cours. Par ailleurs, il a remercié le ministre en charge de l’Economie et des Finances ainsi que les partenaires financiers, Coris Bank International, BOA, SGBF, Sodigaz, Eau Marina, etc. pour leur engagement et soutien à l’ENAREF.

 

Quant au parrain de la 28e promotion de l’Ecole nationale des régies financières, Justin Damo BARO, il a félicité ses filleuls pour les sacrifices consentis tout au long de leur formation. Il a dit mesurer la portée du privilège qui lui est fait et qui lui dicte de lourdes responsabilités. Pour ce faire, il a invité ses filleuls à contribuer au rayonnement de l’ENAREF en mettant en évidence, dans les missions au plan national et international, les bonnes pratiques à travers un comportement irréprochable, une conscience professionnelle et l’expertise dont ils devront faire preuves. «La lutte contre la tentation de l’enrichissement facile et rapide sera de tous les instants. Vous devez faire preuve d’abnégation, vous oubliez pour mieux servir votre peuple. C’est un vrai sacerdoce que je vous demande. La vie professionnelle ou la carrière de gestionnaire que vous vous apprêtez à embrasser est semée d’embuches, surtout en ces temps de matérialisme débridé. En dépit de toutes ces tentations, vous devriez être des agents prêts au service du pays», a préconisé M. BARO.

 

Selon le Directeur général (DG) de l’ENAREF, Nebila Hamado YARO, son institution, au cours de l’année 2017, a contribué au renforcement des capacités de plus de 1 000 cadres sur divers thèmes d’actualité. En outre, des sessions de formation universitaires en fiscalité et gestion de l’entreprise, en analyse et politiques économiques, en gestion des cycles des marchés publics donnant droit à des masters ont été initiées. En dépit de ces résultats des difficultés subsistent dans cette institution de référence. Il s’agit, à entendre M. YARO, de la faible capacité d’accueil des infrastructures scolaires, de l’insuffisance des ressources humaines, de l’indisponibilité de certains enseignants vacataires due aux obligations professionnelles et l’absence d’un statut motivant pour les enseignants permanents et les contractuels administratifs. En termes de perspectives, les responsables de l’ENAREF entendent, entre autres, mettre en œuvre les nouveaux programmes de la formation initiale avec comme grande innovation l’ouverture du cycle supérieur de la statistique; institutionnaliser l’ouverture de l’ENAREF à l’extérieur afin d’en faire un outil au service de l’intégration et du développement régional; prospecter l’ouverture de nouvelles filières. Par ailleurs, les responsables ambitionnent de faire d’elle un pôle d’excellence d’enseignement et de recherches appliquées dans le secteur de l’économie et des finances publiques. Aux élèves sortis, Nebila Hamado YARO a adressé un message particulier. «Dans un monde où le réchauffement de la planète semble s’accompagnerde l’échauffement des esprits, où la vie en société semble marquée beaucoup plus par les intérêts individuels que par ceux collectifs, où la tendance semble penchée beaucoup plus vers le désintérêt de l’intérêt collectif, où les fondements sont renversés, où les inquiétudes prennent le pas sur les certitudes, nombreux sont ceux qui ont perdu le cap, dérivant au gré de n’importe quel vent, s’identifiant souvent à ce qui est aux antipodes de la norme ou de la règle. Pour vous, même si les valeurs cardinales de la vie en groupe devraient disparaître du cœur de beaucoup d’hommes et de femmes, elle ne devrait pas l’être dans vos cœurs, car, l’âme de la société devrait pouvoir trouver refuge dans le cœur du financier», a-t-il soutenu.